ProvenceArtNews.com

Arts et culture d'Avignon à Menton

Expo - Retro


Messages de pierre

Sculptures d'Indonésie
Marseille

Messages de pierre

Statue féminine, ouest de Sumba


Dans le prolongement de l'exposition événement sur l'Art papou de l'été dernier, l'équipe du MAAOA propose une évocation unique de la sculpture d'Insulinde à travers une cinquantaine de pièces dont plusieurs chefs-d'oeuvre provenant des îles de Nias, Sumatra et La Sonde.
S'appuyant sur une documentation particulièrement riche, cette manifestation retrace différents aspects culturels de ces peuples "austronésiens" sur une période allant d'une lointaine antiquité à il y a quelques dizaines d'années. L'ensemble conservé au musée Barbier-Mueller de Genève et animé par son fondateur Jean-Paul Barbier, aborde trois thèmes principaux. La communauté est représentée par des pierres de fondation, terrasses de justice, effigies protectrices... Puis, des piliers taillés et/ou sculptés, des tables, bancs, trônes, statues anthropomorphes... relatent le cycle de la vie de l'individu. Enfin, la mort surgit à travers des urnes et sarcophages à crânes ou à ossements, statues ancestrales...
La première île, Nias, se différencie par le caractère guerrier de sa société structurée en clans et familles avec les "nobles", le "peuple" et les esclaves, catégorie disparue au début du XXe siècle. Chacune des trois parties de l'île présente des types de pierre brute différents correspondant à un système politique, une organisation spatiale du village et des règles d'alliance matrimoniale distinctes. Le nord se caractérise par les daro daro, simples bancs et les gowe, lames de pierre dressées ou monumentales statues anthropomorphes de plusieurs mètres de haut. Au centre de l'île, des mégalithes érigés et couchés étaient utilisés comme lits de justice, place d'honneur et symbole de pouvoir. Parmi eux, se distinguaient les behu, pierres verticales représentative de la grandeur d'un fondateur, d'un chef de village. Ces pierres étaient coiffées d'un osa osa, siège en forme de cerf ou d'oiseau. Au sud, plus riche en ornements de pouvoir et d'appartenance à une communauté villageoise, figuraient au-delà des pierres verticales ou horizontales, des chaussées pavées, des terrasses empierrées, des pyramides de saut...
Dans le nord de la deuxième île, Sumatra, le pays batak présente une grande créativité, expression de croyances religieuses magiques ou rituelles dans divers matériaux sculptés, fondus, gravés ou peints : sarcophages et urnes à ossements, statues "équestres" prestigieuses ou funéraires, statues magiques...
Le troisième groupe, constitué par les petites îles de La Sonde, est le reflet de ses trois composantes principales : Flores, Timor et Sumatra.
Cet ensemble exceptionnel est très justement mis en valeur dans la chapelle de la Vieille Charité avec son dôme ovoïde dû à Pierre Puget. C'est une occasion unique pour le public français de découvrir cet aspect des "arts premiers" dans la plus vieille ville de France.
Emmanuel Boutinard, phographies P.A Ferrazzini
Vieille Charité, 2 rue de la Charité, 2e, tél. 04 91 14 58 80
21 mai - 23 septembre 2001, tous les jours sauf le lundi