ProvenceArtNews.com

Arts et culture d'Avignon à Menton

Découverte - Guide touristique


Arles

Arelate
Arles

La petite Rome des Gaules

Ville au patrimoine et au passé prestigieux, Arles incite à la flânerie dans ses ruelles ombragées. Grâce à son urbanisme à échelle humaine, la visite des différents sites se transforme en une agréable promenade à travers le temps.
Lieu de résidence des empereurs romains et centre religieux au Moyen Age, Arelate conserve de monumentales et exceptionnelles traces de son histoire. Les principaux édifices publics faisant d'elle une colonie romaine sont encore présents.
Arrivé au boulevard des Lices, vous empruntez la rue Jean Jaurès jusqu'au coeur de la ville à l'emplacement du forum romain, siège de la mairie avec sa voûte plate. A votre droite, l'église Saint Trophime et son cloître, joyaux de l'art roman. Edifice exceptionnel, vous pouvez admirer sa façade récemment restaurée et classée patrimoine mondial par l'Unesco. Construite fin XIIe, c'est un exemple tardif du style roman provençal. La disposition de ses différents éléments -sculptures, colonnes...- rappelle celle d'un arc de triomphe dont Arles était d'ailleurs pourvue jusqu'à sa destruction en 1687. Le Christ couronné tenant les Evangiles domine la scène. Plus bas, figurent les quatre évangélistes: Saint Matthieu, l'homme ailé, Saint Jean, l'aigle, Saint Luc, le boeuf, et Saint Marc, le lion.
Passant une porte cochère à droite de la cathédrale, vous vous dirigez vers le cloître roman Saint Trophime. D'une élégance et d'une richesse exceptionnelle en Provence, son édification s'est déroulée de la fin du XIIe au XIIIe siècle. Deux piliers sont particulièrement remarquables: le nord-ouest avec Saint Pierre et le nord-est avec Saint André.
En ressortant, vous prenez à droite la rue de la Calade vous menant au théâtre antique. De cet édifice qui pouvait recevoir douze mille personnes ne subsistent que deux colonnes et les gradins. En 1651, lors d'un creusement dans la fosse, fut découverte la célèbre Vénus d'Arles offerte à Louis XIV et aujourd'hui au Louvre. Ce lieu aux ruines romantiques accueille chaque été le festival Les Suds et les soirées des Rencontres Internationales de la Photographie. Cette dernière manifestation propose également de nombreuses expositions et des stages dans toute la ville.
Juste à côté, en continuant par la rue de la Calade, vous découvrez les arènes. Cet amphithéâtre de la fin du Ier siècle de notre ère nous est parvenu grâce à sa transformation en forteresse au haut Moyen Age. Trois tours de guet toujours présentes en témoignent. Elles se trouvent à l'emplacement du troisième étage, l'attique disparu. Soixante arcades rythment ce monument aux vingt mille places. Les combats de gladiateurs d'antan ont laissé la place aux corridas dont Arles est un des principaux pôles.
Le long des arènes au numéro 26, la Fondation Van Gogh propose le travail d'artistes réalisé en hommage au célèbre peintre hollandais: Bacon, Botero, César, Clergue, Dutilleux...
Par la rue Raspail puis Grille, vous rejoignez à gauche les bords du Grand Rhône avant d'atteindre le musée Réattu rue du Grand Prieuré. Bâtiment des chevaliers de Malte au XVe siècle, il rassemble des peintures des écoles italienne du XVIe et XVIIe, française du XVIIIe, hollandaise du XVIIIe, des oeuvres des peintres provençaux du XVIIIe ainsi que des réalisations modernes et contemporaines: Gauguin, Dufy, César, Richier, donation Picasso...
A proximité, le palais de Constantin ou thermes de la Trouille complète l'ensemble monumental d'Arles. Ce sont les plus vastes de Provence.
Continuant rue Maisto puis rue Sauvage et de la Place, vous débouchez sur l'espace faussement dénommée "Forum". Insérées dans une façade se trouvent deux colonnes corinthiennes surmontées d'un fragment de fronton, restes d'un temple du IIe siècle.
Rue du Palais puis à droite rue Balze, vous descendez aux cryptoportiques de la fin du Ier siècle avant Jésus-Christ. Dans cette double galerie de quatre-vingt-dix mètres sur soixante de large, furent découverts une tête d'Octave barbu, un buste d'Auguste jeune et un bouclier votif, reproduction en marbre de celui en or offert à Auguste par le Sénat en 27 avant notre ère.
De l'autre côté, à gauche par la rue Frédéric Mistral fut installé par le prix Nobel, héraut du Félibrige, le museon Arlaten. Garant et gardien de l'identité provençale, le poète a rassemblé dans ce musée ethnographique un ensemble unique de costumes, meubles, documents... provenant en priorité du pays d'Arles. Au fond de sa cour subsiste un petit forum avec sa basilique du IIe siècle.
Plus loin, hôte illustre à la gloire posthume, Van Gogh a donné son nom à un espace culturel situé place du docteur Rey à droite de la rue du président Wilson. En continuant dans cette même rue vous retournez au boulevard des Lices où se déroule régulièrement un marché provençal mêlant fruits légumes, canetons et antiquités.
Pour parfaire votre visite, trois sites accessibles en voiture restent incontournables.
Les Aliscamps constituèrent de la période romaine à la fin du Moyen Age une des plus célèbres nécropoles d'Occident. Trois périodes s'y sont succédées: IVe-Ve, IXe-Xe et XIIe-XIIIe siècle. Plusieurs sarcophages remarquables se trouvent au musée de l'Arles antique.
Ce dernier à coté des ruines du cirque romain, présente une très riche et exceptionnelle collection de sarcophages paléochrétiens en marbre du IVe siècle. Des mosaïques, la statue colossale d'Auguste, le buste d'Aphrodite et celui d'un jeune prince, le bouclier trouvé aux cryptoportiques et de nombreuses maquettes expliquant la vie à Arelate ainsi que son système économique parachèvent ses collections.
Enfin, à quelques kilomètres d'Arles, se dresse l'abbaye de Montmajour. Fondé par l'ordre bénédictin au Xe siècle, cet édifice est composé de l'église Notre Dame et son cloître du XIIe siècle. Juste à côté, la tour de l'abbé, donjon du XIVe siècle offre, au-delà des marais asséchés par les moines, un large panorama sur la région: les Alpilles, la Crau, Arles, Beaucaire, Tarascon...
Emmanuel Boutinard, Photographies E.Boutinard,
sauf musée de l'Arles antique M.Lacanaud


Musées
- Museon Arlaten, rue de la République, tél.04 90 96 08 23
- Musée Réattu, 10, rue Grand Prieuré, tél. 04 90 96 37 68
- Musée de l'Arles antique, presqu'île du cirque romain, tél. 04 90 18 88 88
- Fondation Van Gogh, 26, rond point des Arènes, tél. 04 90 18 41 20

- Office de tourisme, esplanade Charles de Gaulle, tél. 04 90 18 41 20

Fêtes
- fin avril: féria de Pâques
- 1er mai: fête de la "nation gardane"
- mi-septembre : féria des prémices du riz

Manifestations culturelles
- début juillet : Soirées des Rencontres internationales de la photographie, Expositions jusqu'à fin août
- début à mi-juillet : Festival des Suds, musiques du monde
- fin septembre : salon des antiquités et de la brocante
- fin octobre : Journées de la harpe
- fin novembre à début janvier : salon international des santonniers

Repères Chronologiques
- VIe siècle av Jésus Christ colonisation de "Théliné" ville celto-ligure
   par les Grecs de Marseille
- 104 av Jésus Christ Marius fait relier le Rhône au golfe de   Fos par un canal
- 49 av Jésus Christ Arles devient une colonie romaine
   et connaît un fort développement économique suite  à la   défaite de Marseille
- IVe siècle Arles commence à jouer un grand rôle religieux
- 314 concile condamnant le donatisme
- 480 conquête d'Arles par les Wisigoths
- 730 conquête d'Arles par les Sarrasins
- 879 royaume d'Arles
- XIIe-XIIIe siècle Arles passe sous la domination des comtes Catalans
- 1251 domination de la maison d'Anjou
- XXe siècle création du festival Les Suds
et des Rencontres internationales de la Photographie


LuxFabrik.com

La fabrique d'images

ParisCulture.fr

Art et culture Paris

Demain.eu

Sustainable living